Comment financer son fonds de commerce ?

Un fonds de commerce désigne un groupe d'éléments corporels et incorporels détenus par une structure et qui sont nécessaires à son activité. Il paraît avantageux de racheter une entreprise existante en voulant se lancer dans une activité lucrative. Ceci permet de disposer de la clientèle déjà acquise par la société et de faire des bénéfices substantiels. Viennent s'ajouter les biens mobiliers, les actifs et la raison sociale de l'entreprise en cession qui passeront désormais dans le patrimoine du nouveau propriétaire. Cependant la réussite d'une telle opération nécessite du financement. Mais où trouvez ledit financement ?

L'apport personnel la première source de financement

Le projet de rachat d'un fonds de commerce reste une initiative louable. Cependant la question du financement de cette opération se pose avec acuité. La première source reste l'apport personnel du nouveau propriétaire. On l'évalue à 30 % du montant de vente estimé. Il est donc obligatoire pour le nouvel acquéreur du fonds de commerce de disposer d'une somme à hauteur de ce taux à pourvoir à l'opération. C'est une preuve d'implication de la part de l'acheteur, car il serait bien difficile de convaincre une structure ou un particulier de se faire accorder un prêt si on ne contribue pas soi-même à son projet.

Les financements auprès des particuliers

Ce sont des types de financement contractés auprès de personnes physiques. Ceux-ci peuvent exiger des taux d'intérêt à leurs guises relativement en fonction du montant que l'on sollicite. D'autres offrent leurs services moyennant des parts d'actions dans l'entreprise. L'avantage de ce type de financement reste qu'il est simple, facile d'accès et rapide à obtenir. On peut le négocier chez des usuriers.

Il existe par ailleurs d'autres formes assez courantes et pas répandues : l'appel à l'épargne privé et les Business Angels.

  • L'appel à l'épargne privé consiste à recourir à des connaissances, amis, parents pour se faire accompagner dans son projet. Il marche surtout sur une base de confiance et suscite l'adhésion des proches le plus souvent. Il jouit de l'avantage selon lequel les personnes impliquées se prêtent volontiers, chacune de son côté, à la communication autour des activités du fonds de commerce.
  • Les Business Angels représentent des entrepreneurs en activité ou à la retraite qui décident d'investir dans des projets porteurs. En plus de leurs expertises qu'ils mettent à disposition, ils sacrifient également leurs temps pour porter assistance et prodiguer des conseils. Ce sont des personnes ressources qui n'hésitent pas à partager leur savoir-faire.

Les financements auprès de structures agréées

Dans la quête de financement de son fonds de commerce, il existe des structures réglementaires et légalement reconnues par les autorités gouvernementales pour venir en aide à tout promoteur. Elles procèdent par des crédits remboursables sur une échéance relativement souple qui permet de solder la totalité du montant. Ces prêts sont octroyés à des taux d'intérêt raisonnables fixes. Seulement, les garanties que demandent ces structures peuvent simplement dissuader le client. Elles exigent une pile de paperasses pour constituer le dossier du candidat au prêt. S'ensuit une procédure chronophage et coûteuse au vu des nombreuses pièces complémentaires.

Entre autres, on peut citer :

  • Prêt professionnel : c'est une offre des banques qui permet d'obtenir des fonds pour des projets professionnels. Il dépend du montant du projet soumis.
  • Prêt personnel bancaire : il est destiné à un usage personnel. Il est limité et dépend du revenu net du contractant.
  • Le crédit-bail : forme de crédit qui fait de l'institution financière propriétaire du fonds de commerce et du promoteur, le locataire.
  • Les aides publiques à la création d'entreprise.
  • L'aide à la reprise et à la création d'entreprise de Pôle Emploi destiné aux porteurs de projets en chômage et bénéficiant d'allocations d'aide au retour à l'emploi.

Les types de financement via des plateformes

Il existe des formes de financement auxquelles on souscrit par le biais de plateformes dédiées. On peut citer le prêt sur l'honneur et le financement participatif (crowdfunding).

Le prêt sur l'honneur consiste à solliciter et obtenir un crédit avec un taux d'intérêt nul et sans garanties. Il est fonction du projet et aussi du besoin en fonds propres. L'engagement sur l'honneur est la chose la plus déterminante.

Le crowdfunding ou financement participatif est perçu comme un appel à financement pour son projet sur une durée déterminée. À la fin de la campagne, le promoteur entre en possession des fonds collectés. Ceux-ci peuvent ne pas approcher le montant sollicité ou parfois excéder les prévisions.

[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Leave a Comment

(0 Comments)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.